Architectes, chercheurs et professionnels du bâtiment du monde entier se sont réunis à Paris les 9 et 10  octobre 2019 à l’occasion du Daylight Symposium et Healthy Buildings Day organisé par le groupe Vélux. Objectif : débattre des enjeux du bâtiment sain et de l’apport de la lumière naturelle dans l’habitat.

Dévoilé à l’occasion du Healthy Buildings Day, le Baromètre de l’Habitat Sain 2019 a mis en évidence l’état préoccupant  du parc de logements actuel. « L’état de votre santé reflète l’état de votre logement. C’est aussi simple que cela », a déclaré Joseph Allen, professeur à l’Université de Harvard, initiateur des « Neuf fondements  d’un bâtiment sain », mis au point dans le cadre du Programme « Healthy Buildings » qu’il dirige à Harvard (Département  de Santé environnementale). « Les bâtiments ont une incidence considérable sur notre santé et notre bien-être. Nous devons être conscients de l’influence majeure qu’ils exercent, définir clairement les caractéristiques d’une conception centrée sur l’utilisateur, et chiffrer la valeur  réelle qui en découle », a renchéri Lone Feifer, architecte et responsable du Healthy Buildings Day.
La lumière naturelle au cœur de la conception
Pour répondre à cet enjeu, des architectes issus d’horizons professionnels et de zones géographiques divers ont souligné  la place qu’ils accordent à la santé et au confort lors du processus de conception, toujours en accord avec les besoins et les  modes de vie des habitants. Car des solutions existent. Vincent Le Garrec et son agence Nomade Architectes en ont
apporté la preuve en présentant des projets de logements, d’écoles et de bâtiments publics dans lesquels la lumière naturelle est au cœur de la conception.

Nicolas Michelin, fondateur de l’agence d’architecture et d’urbanisme ANMA, s’est quant à lui penché sur les relations qu’entretiennent la lumière naturelle et la conception architecturale, à travers différentes réalisations témoignant d’une capacité à se réinventer sans cesse en fonction du contexte de chaque opération. « La lumière en architecture, c’est
l’architecture révélée, c’est ce qui la fait exister par contraste. C’est ce qui permet à l’ombre de s’affirmer et à nos yeux  d’apprécier les volumes » a-t-il indiqué. Qu’elle soit au cœur du projet pour la couverture des Arènes de Nîmes et la construction de l’Ecole d’Art de Limoges, qu’elle participe à la haute qualité d’usage des réhabilitations du théâtre de
Chatenay-Malabry et de la bibliothèque universitaire de Strasbourg, qu’elle se colore et donne âme à la galerie ARTEM à  Nancy ou qu’elle permette de nouvelles typologies de logements avec les atriums de Bordeaux, la lumière naturelle joue un rôle central dans la production de l’architecte depuis les années 1990.

Encourager un déploiement à grande échelle

Parallèlement, des constructeurs et promoteurs immobiliers d’Amérique du Nord et d’Europe ont présenté des projets de  conception de logements à forte valeur ajoutée pour les propriétaires grâce auxquels ils ont su dynamiser leur croissance,  tout en se pliant aux exigences de construction actuelles et aux différents systèmes de certification.

Great Gulf a ainsi imposé son leadership sur le marché canadien de l’habitat en étant le premier à avoir appliqué les principes de conception de bâtiments sains. Le promoteur est parvenu à conjuguer la protection de l’environnement et la  préservation des ressources naturelles pour améliorer le confort des personnes qui vivent ou travaillent dans ses
bâtiments. « La question n’est plus de savoir si les propriétaires de logements y sont favorables, mais comment nous pouvons  faire de ces bâtiments sains des réussites commerciales, et faire en sorte qu’ils deviennent abordables à tous », a déclaré Tad
Putyra, Président de Great Gulf Low Rise.

Morten Chrone de HusCompagniet, qui a construit plus de 20 000 maisons individuelles au Danemark, en Suède et en  Allemagne, confirme que l’enjeu est d’abord économique : « L’habitabilité, le confort et le bien-être sont devenus des  paramètres indispensables pour la plupart des propriétaires auxquels nous parlons, lorsque nous engageons le dialogue avec eux sur la maison de leurs rêves. A cet égard, ils mentionnent souvent la qualité de la lumière naturelle ainsi que des espaces  de vie sains. Mais ils sont nombreux à considérer que de tels atouts dépassent largement leur budget. Ils sont pourtant agréablement surpris lorsque nous abordons la question du prix. »

Proposer une approche qui a du sens pour l’utilisateur

Pour les occupants, les bénéfices d’un bâtiment sain sont importants et immédiatement tangibles. Une famille canadienne,  passée d’une maison traditionnelle à une maison conçue selon les principes de l’« Active House », label de bâtiments  durables destiné à créer des logements plus sains, plus confortables et respectueux de l’environnement, a vu sa vie  transformée après six mois dans leur nouveau logement. “Outre la lumière, l’air frais nous a changé la vie. Je dors mieux, je  me sens en meilleure forme”, a indiqué le père de famille, Russell Ibbotson à l’issue de cette expérience.