Un septième titre pour Antoine Quidoz et un premier titre féminin pour Leslie Graaf !

Lancé il y a huit ans, ce championnat est devenu le rendez-vous de la verticalité dans le domaine professionnel. Moment convivial, sportif, fédérateur et très spectaculaire, la corde y a fait le lien. Moyen d’accès et de déplacement sur des chantiers de travaux publics ou des travaux urbains, la corde exige une maîtrise des règles de sécurité et un parfait équilibre entre précision, finesse et force.

Des ateliers de compétition, comme sur un chantier

Deux journées d’épreuves qui ont proposé des défis proches des techniques appliquées en chantier pour que les cordistes puissent se mesurer et montrer au grand public les exigences techniques et physiques requises pour réaliser leurs ouvrages. Seize jurés experts de la profession ont donc observé chaque geste, évalué et vérifié que toutes les règles de sécurité étaient scrupuleusement respectées des 84 cordistes, dont une première équipe féminine venant de vingt entreprises spécialisées en travaux d’accès difficile.

Autre vedette de ce championnat : la prévention

Lors de la remise des prix, Jacques Bordignon, président du SFETH (Syndicat français des entrepreneurs de travaux en hauteur), a rappelé l’importance de cette manifestation pour la profession. L’ensemble des acteurs, entreprises, salariés, entreprises de travail temporaire, organismes de formation et de certification, organismes préventeurs, fournisseurs, ont pu non seulement profiter du spectacle des épreuves, découvrir les nouveautés des partenaires sans lesquels l’événement ne pourrait avoir lieu, mais aussi échanger sur les actions en cours afin de poursuivre l’amélioration des pratiques professionnelles.

Cette année, un challenge a récompensé quatre participants qui ont proposé des fiches de bonnes pratiques qui alimenteront la nouvelle plateforme de “Bonnes Pratiques Cordistes”, mise en place en partenariat avec l’OPPBTP.

©SFETH