Les Journées professionnelles de la construction se dérouleront les 29 et 30 octobre prochain au centre de congrès de Lyon. Aperçu du programme.

Cette année, c’est dans la belle ville de Lyon, inscrite au patrimoine mondial de l’Unesco depuis plus de vingt ans, que les représentants des sections professionnelles départementales se retrouveront pour les traditionnelles Journées professionnelles de la construction. Le moment phare annuel de chaque profession du bâtiment. Objectif : parler des grands enjeux de chaque métier.

Charpente-menuiserie-agencement (CMA)

 Au programme des ateliers : le vitrage collé et des menuiseries extérieures bois, du levage des charpentes et de la réglementation incendie et du bois dans la construction qui fait de plus en plus son apparition dans la construction. Des dispositions constructives des revêtements permettant de limiter la propagation des flammes seront présentées avec, pour chacune, les caractéristiques techniques correspondantes.

Couverture-plomberie-chauffage (CPC)         

Les conseillers professionnels couvreurs débattront du photovoltaïque qui continue de se développer. La Capeb a créé un groupe de travail transversal sur ce sujet. C’est pourquoi ce thème sera présenté sous la forme d’un “groupe de travail” qui permettra de faire remonter les attentes de chacun ou les freins rencontrés sur le terrain. Assureurs et fabricants seront invités à participer à ce groupe de travail. Autres thèmes au menu : les dispositifs de soutien à la rénovation énergétique avec un tour d’horizon des dispositifs en vigueur qui concernent les artisans chauffagistes ainsi que les qualifications professionnelles qui se retrouvent de plus en plus souvent au centre des préoccupations des artisans chauffagistes. Un atelier aura également lieu sur la boucle à eau chaude et le contrat d’entretien “Couverture”, révisé, maintenant disponible au format numérique.

 

Equipement électrique et électrodomotique (3E)

Le point sera fait sur le confort thermique. Un point sur le marché du chauffage électrique sera réalisé devant les délégués. Les opportunités que représente pour les artisans électriciens le marché de rénovation du parc existant avec les nouveaux produits performants dont notamment la généralisation d’appareils connectés seront détaillées. Les bénéfices apportés tant sur le plan des économies d’énergie que du confort ainsi que les certificats d’économies d’énergie accordés aux solutions performantes seront également abordés. Autre thème principal : le développement d’objets connectés. Avec l’aide d’intervenants extérieurs, cette séance sera l’occasion de présenter les opportunités qui s’offrent aux artisans électriciens et les points de vigilance à prendre en considération.

Maçonnerie-carrelage (MC)

Un état des lieux sera fait sur les fondations superficielles. Rappelons qu’en 2018, les travaux sur la révision des DTU consacrés à la réalisation et la conception des fondations superficielles entraient en révision, au même moment la Capeb remportait une grande victoire, celle de l’obligation d’une étude géotechnique préalable à la vente d’un terrain pour la construction d’une maison individuelle inscrit dans la loi Elan, dont les textes d’application se font hélas toujours attendre. En outre, le NF DTU 13.1 concernant les fondations superficielles est sorti et l’obligation d’étude de sol est entrée en vigueur depuis le 1er janvier 2020. L’UNA propose de faire le point sur ces deux événements. Autres thèmes abordés : la mise en œuvre de carreau de grands et très grands formats ; les enduits et supports d’enduit ; le bloc de ciment prompt et le projet de certification des chapes fluides. Enfin, l’UNA proposera un panorama autour du joint du carrelage et des planchers à poutrelles en béton qui ont leur DTU.

Métiers de la pierre (MP)

L’UNA Métiers de la pierre abordera les métiers de la pierre dans l’accessibilité, car les professionnels de la pierre sont appelés pour réaliser des rampes, des accès handicapés pour des ERP, des magasins, des commerces de proximité, une salle de bains chez un particulier. L’UNA propose de développer les solutions techniques permettant d’y répondre. Autre atelier : celui de la rénovation énergétique du patrimoine bâti et sur la façon dont la pierre peut y contribuer.

Métiers et techniques du plâtre et de l’innovation (MTPI)

L’UNA MTPI fera un point sur toutes les actualités concernant les DTU relatifs au métier. Cet échange sera l’occasion d’aborder les nouveautés des DTU “Isolation” en cours de publication. Ces DTU concernent l’isolation des bâtiments par soufflage et l’isolation des bâtiments par des produits manufacturés. Cette année les “démonstrations techniques” MTPI s’effectueront sous forme d’une maquette numérique avec possibilité de visualisation 3D. L’accent sera mis sur la possibilité pour les petites entreprises d’utiliser ces solutions pour leurs chantiers. Autres thèmes : le recyclage des déchets et la présentation de l’étude plaquistes Iris-ST/Capeb/OPPBTP. Enfin, l’association pour la promotion des métiers du plâtre vient de se doter d’un nouveau site Internet. Toutes les évolutions vous seront présentées. Un point sera également fait sur les nouveautés relatives au Portail Pack Compétences de la Capeb.

Peinture-vitrerie-revêtements (PVR)

Les peintres aborderont un atelier sur les travaux communs avec le club Partenaires de la Fédération nationale de la décoration (FND) pour développer les liens entre les entreprises artisanales et les négoces de la décoration. L’UNA PVR présentera aussi une synthèse des formations initiales et continues permettant d’accéder aux métiers de peintres/soliers. Elle fera également un point sur l’évolution de l’étude métiers pilotée par la Capeb. L’UNA a aussi voulu inviter des jeunes des CFA locaux. Au menu également : les subventions pour l’achat de machines à nettoyer les outils. Enviroplus présentera avec l’UNA PVR les différentes aides des Agences de l’eau pour l’achat de machines à nettoyer les outils des peintres. Enfin, une table ronde s’articulera autour du thème de la décoration.

Serrurerie-métallerie (SM)

L’OPPBTP et l’Iris-ST présenteront le rapport d’observation sur l’étude métier serrurerie-métallerie, ainsi que les premières actions de la commission d’amélioration des conditions de travail. Le Centre Technique Industriel de la Construction Métallique présentera une série d’outils numériques disponible sur leur site. Le Catalogue Construction métallique propose des solutions et systèmes constructifs pour le bâtiment. L’IronBIM prescrit les solutions en fonction des exigences du bâtiment.

Le métal é tech délivre les trucs et astuces de la construction métallique.

Save-construction formule des profils environnementaux personnalisés de produits et systèmes de construction en acier. Enfin, peu avant midi, le vendredi 17 avril, les délégués sont invités à tester leurs connaissances techniques lors d’un QCM sur les ouvrages de garde-corps, portes et portails, menuiseries, vérandas, constructions métalliques…

Deux ateliers transversaux qualifiés

 Deux ateliers transversaux seront présentés le vendredi 17 avril de 14 h à 16 h. Le premier se consacrera à l’économie circulaire pour savoir clairement ce qui se cache derrière ce terme. Cet atelier reviendra sur les grandes lignes de la loi contre le gaspillage et pour l’économie circulaire votée fin janvier 2020, et notamment sur l’évolution des pratiques en matière de gestion des déchets. Une grande place sera faite aussi aux discussions et aux échanges concernant la place que doivent prendre des entreprises artisanales dans l’économie circulaire : proximité des approvisionnements, économie de ressources, utilisation de matériaux locaux et réemploi, intégration dans l’économie locale… Et comment elles doivent le faire savoir pour valoriser leur entreprise. Le second atelier s’intéressera à la qualité comme approche de marché.

En effet, les entreprises du bâtiment, pour se développer sur leurs marchés, doivent être reconnues dans leurs compétences et identifiées dans leurs spécialités par leurs clients et leurs partenaires. Cette double exigence les conduit à améliorer en permanence la qualité de leurs prestations (techniques, services…) et se valoriser durablement sur leurs marchés. En quoi ces principes constituent-ils une spécificité du modèle de l’entreprise artisanale du bâtiment et en quoi constituent-ils un avantage compétitif par rapport à leurs concurrents ?

Quels moyens doivent-elles mobiliser pour relever ces défis ? Autant de questions qui seront abordées durant ces ateliers.