Pour le constructeur au losange et Renault trucks, le Master est la vedette sur laquelle beaucoup d’espoirs sont placés. L’offre commerciale du constructeur intègre dès le début des versions traction et propulsion en monte simple ou jumelée. Les tonnages disponibles vont de 2,8 t à 4,5 tonnes avec des versions fourgon, châssis-cabine ou encore double cabine. La charge utile peut aller jusqu’à 2 495 kg en châssis-cabine, hors équipement tel qu’une benne. La motorisation est basée sur un unique bloc 2,3 l dont la puissance va de 100 à 150 chevaux (couple disponible dès 1 250 tours). Rapidement pris en mains, le Master 100 ch (lesté à une tonne) a fait montre d’accélérations et de freinages très francs. Les reprises sont convaincantes, même sur un rapport élevé. Son point fort, c’est le confort. Tout a été conçu pour cela : amortissement convaincant et surtout une nouvelle cabine plus spacieuse et mieux conçue (voir notre diaporama).

Par ailleurs, Renault Trucks présente un utilitaire 3,5 tonnes sur la base du Maxity et dont la conduite est possible avec un permis B. Ce véhicule est équipé d’un moteur électrique asynchrone commandé par un variateur, d’une boîte de vitesses robotisée et d’une série de batteries Lithium-Ion. Deux autres moteurs électriques assurent l’assistance de la direction et celle du freinage. La prise en mains est très facile malgré l’absence de levier de vitesses. A sa place, un commutateur permet de sélectionner une action comme sur une boîte automatique classique : “R” pour marche arrière, “N” pour la position neutre et “D” pour rouler. A l’extérieur, dans la circulation, le Maxity est inaudible. Avantage et inconvénient car on ne l’entend pas arriver. Quant à son autonomie, elle est pour l’instant calculée au pire à 80 km et au mieux à 100 km avec plus d’une tonne de charge.